Cinéma Érotique

Un article de Wikipedia.

L’une des photos les plus célèbres de Brigitte Bardot, la mythique actrice française qui débuta comme star érotique.
L’une des photos les plus célèbres de Brigitte Bardot, la mythique actrice française qui débuta comme star érotique.

Sommaire

[modifier] Définition

Le cinéma érotique est l’une des manifestations les plus médiatiques du courant artistique appelé érotisme. Après avoir conquis la peinture, la littérature et la photographie (parmi d’autres domaines artistiques), l’érotisme gagna vite les milieux cinématographiques. Les réalisateurs accueillirent très volontiers l’érotisme en tant qu’expression d’une nouvelle liberté en matière de mœurs et de vie sexuelle.

[modifier] Les origines de la censure officielle

Les premiers producteurs et réalisateurs des films érotiques furent néanmoins poursuivis en justice et, la plupart des cas, ils durent supprimer partiellement ou entièrement les scènes considérées impudiques et attentatoires contre la morale. A cette époque le seul fait d’apparaître en sous-vêtements constituait un attentat à la pudeur publique et était passible de censure.

[modifier] Cinéma érotique et pornographique

Tout d’abord il faut différencier le cinéma érotique des films que le public connaît à présent sous la dénomination de : pornographiques. Les films érotiques ne sont pas forcément pornographiques puisqu’ils mettent en valeur l’érotisme et les aspects érotiques, et suivent une trame qui, a priori, n’a pas d’argument sexuel.

Le cinéma de souche « érotique » ne s’est pas éteint et encore de nos jours il continue à afficher un grand succès auprès du grand public (signalons la renommée du réalisateur espagnol Pedro Almodovar ou de son collègue italien Tinto Brass).

[modifier] Premiers Grands scandales du cinéma

  • Le premier scandale du cinéma érotique date de 1895, aux Etats-Unis avec la diffusion du film The Kiss, où le réalisateur montrait un gros plan de l’acteur John C.Rice embrassant May Irwin, l’artiste sexy de l’époque.
Photo de l’affiche du film érotique Emmanuelle, tourné par Sylvia Kristel.
Photo de l’affiche du film érotique Emmanuelle, tourné par Sylvia Kristel.
  • La censure officielle, apparaît au début du vingtième siècle aux Etats-Unis, en Angleterre et en France. Depuis lors, la représentation érotique suivra deux voies : soit la clandestinité avec des exhibitions derapports sexuels explicites destinées à un public réduit et très riche, soit la suggestion et les sous-entendus dans la cinématographie érotique naissante.
  • En France, les films à scandale furent nombreux. Parmi les réalisateurs les plus mis en question, l’espagnol Luis Buñuel occupe une toute première place, tout comme le français : Jean Renoir.
  • En Allemagne, le réalisateur Josef von Sternberg se voit censurer son film l’Ange bleu où il met en scène une danseuse de cabaret, qu’incarne la très talentueuse Marlene Dietrich.
  • Aux Etats-Unis les films érotiques foisonnent et le gouvernement crée un ensemble de directives que les réalisateurs devaient respecter, il est connu sous le nom de code Hayes et sévira jusqu’en 1966, en proscrivant de nombreux films aussi bien américains qu’étrangers.
  • Au début des années 50, les producteurs indépendants lancent la mode des films nudistes. Ils ne montrent aucun contact physique et la caméra ne cadre jamais au dessous de la taille. Ces films font fureur et imposent la mode des champs naturistes.
  • En 1952 la cour suprême des Etats-Unis garantit la liberté d’expression dans le cinéma et les conséquences de cette décision ne se font pas attendre. En 1965, l’actrice Elia Kazan tourne Baby Doll, l’un des films les plus provocants de l’époque.
  • En France, l’actrice Martine Carol enfreint les tabous et apparaît très légère en vêtements dans Caroline chérie, un film de Richard Pottier. Mais le grand événement de l’époque c’est la découverte d’une jeune française, du nom de Brigitte Bardot, qui dans « Et Dieu créa la femme » de Roger Vadim va provoquer une situation irréversible au profit du cinéma érotique en France.
  • La censure officielle avait virtuellement disparu mais la presse et les secteurs les plus conservateurs de la société étaient toujours intolérants à l’égard de ces productions.
  • En 1974, avec le lancement du film Emmanuelle (considéré comme le chef d'oeuvre du cinéma érotique, basé sur le roman érotique de l'écrivain Emmanuelle Arsan) tourné par l'actrice néerlandaise Sylvia Kristel, les films érotiques prennent de l'ampleur.

[modifier] Anecdotes

Les musées de l'érotisme exposent les affiches originales des plus importants films érotiques.

Outils personnels

Galerie d'une fille amateur
9 photos
77,473 vues
07/07/2013