Soutenez Natacha!

En ajoutant un lien vers "Histoires Erotiques" sur votre blog/site


Ou un logo :  


Tous les liens disponibles...

Une seance de doigtage infernal

Une seance de doigtage infernal

thématique : Fantasmes
3 commentaires - postez votre com'
posté le Mercredi 13 février 2008 par Natacha

Résumé de l’histoire érotique : Jeisa est une jolie brésilienne qui travaille comme serveuse dans un café, à Paris, pour payer ses études. Elle a un admirateur secret, Tom, qui vient toujours prendre un café rien que pour mater son cul et son petit corps qui le fait capoter. Il fantasme tout le temps sur elle et dans ses rêves, notre ami se livre très souvent à des séances de doigtage infernal, que notre blog d’histoires érotiques nous raconte aujourd’hui. Bonne lecture!

  

une seance de doigtage infernal

  

Jeisa vient d’arriver du Brésil et travaille comme serveuse dans un café pour payer ses études à la fac. Je la connais depuis quelques mois et je vais dans son café tous les jours, après mes cours de droit.

  

C’est la femme de mes rêves et je suis tellement fou d’elle que je pourrais passer des heures à l’observer, en train de servir les clients. Elle sait ce que je veux mais reste sage, car elle n’est sûrement pas prête à franchir le pas et à sortir avec quelqu’un.

  

Je la comprends, pour elle tout est nouveau, la ville, la langue, les gens. Je voudrais l’aider à s’insérer dans la société, mais dans le fond, ce que je voudrais insérer c’est ma bite dans sa petite chatte que j’imagine toute rasée.

  

Les jours passent et j’attends patiemment le moment où elle voudra me faire confiance. En attendant je me fais servir au quotidien un café crème avec deux croissants, toujours la même chose.

  

J’aime quand elle me demande d’un air étonné : Vous prenez toujours la même chose? Ça me fait bander car elle est tellement naïve des fois…Ah j’adore cette coquine qui se dandine parmi les tables comme une vraie déesse.

  

Je l’imagine assise à califourchon sur moi, en train de me poser la même question et moi je réponds : Oui, Jeisa, toujours la même chose, je suis quelqu’un de très attaché aux habitudes. Fais-le doucement, on a tout le temps du monde!

  

Après, elle introduit mon sexe palpitant dans sa foufoune en feu, au milieu de cris déchirants jusqu’à se tordre de jouissance. Je fantasme tous les jours sur cette jolie étrangère, mais ce qui me fait craquer le plus c’est quand ça se passe au café.

  

J’imagine qu’elle me donne rendez-vous tard dans la nuit, quand le café est fermé. Dans mes rêves, elle aime les jeux de rôles et je fais semblant d’être un client qui attend d’être servi.

  

Elle ne tarde pas à arriver, toute nue, avec mon café, qu’elle porte sur un plateau en argent. Cette image me fait bander grave ! Je suis certain qu’un jour on le fera, ce jeu coquin.

  

Puis, elle dépose le verre sur la table et s’assied devant moi, les jambes bien écartées. Il fait froid dehors et elle me dit de la réchauffer comme il faut. Je bois quelques gorgées de café et, quand ma langue est chaude et humide, je la prends par les cuisses et la fait venir vers moi, pour la lécher.

  

Au contact de ma bouche chaude elle crie de plaisir et se trémousse comme une possédée. Elle me parle en portugais et sans rien comprendre je me rends compte qu’elle me demande d’y aller plus fort, sans épargner aucun recoin de son sexe en feu.

  

Jeisa est toute trempée de sueur qui coule sur ses cuisses d’enfer. Je bande comme un fou mais je ne la pénètre pas. Je veux continuer à tirer profit de sa moule fraîche, ce fruit sauvage de l’Amérique qui s’offre à moi, sans aucune limite.

  

J’enfonce deux doigts dans sa chatte et ma compagne écarte encore plus ses jambes pour que je la masturbe en profondeur. C’est une séance de doigtage vraiment infernale. Elle me dit de limer sa foune et de la préparer pour endurer les coups les plus durs.

  

Je ne reconnais plus ma brésilienne timide et prude dans la peau de cette chaudasse vraiment ivre de sexe et prête à tout pour s’envoyer en l’air comme il faut : dans un raffut de cris et de gémissements.

  

Plus je la doigte, plus elle se réchauffe, tout en me suppliant de la pénétrer tout de suite, mais je ne veux pas le faire. Ce sera pour la prochaine fois, maintenant je vais me régaler avec son minou délicieux et son vagin musclé qui serre mes doigts avec une force inouïe.

  

Au top de l’extase, je la renverse sur la table pour qu’elle reste à quatre pattes. Dans cette position je peux enfoncer trois doigts bien au fond de sa chatte, lubrifiés par une mouille abondante qui coule en permanence.

  

Je me dis qu’elle s’est bien entraînée à l’art du sexe, avec des brésiliens bien montés, qui, certainement, lui tournaient tout le temps autour.

  

Après une bonne demie heure de masturbation, je me penche pour sucer son clito rouge de sang. Elle est si excitée qu’elle commence à jouir et, sous l’effet de contractions musculaires infernales, me balance deux gros jets de mouille salée et délicieuse sur le visage.

  

Vous avez un talent pour écrire des histoires coquines et vous souhaitez les partager avec le plus grand nombre ? Envoyez-les à l’adresse suivante : contact (AT) charmegroup.com et nous les publierons avec plaisir !

 
 
 

3 Réponses à “Une seance de doigtage infernal”

  1.  
  2. requindux dit :

    c'est décidé : les prochaines vacances je vais au Brésil !

  3.  
  4.  
  5. Roger dit :

    Très excitant, excellent!

  6.  
  7.  
  8. papou59 dit :

    oui tres excitant Hummmmmmmmm

  9.  
 

Poster un commentaire

Vous devez ouvrir un compte gratuit et être connecté pour poster un commentaire.

Citer cet article "Une seance de doigtage infernal" sur votre blog :